Dossier de RAEP : philosophie du truc

Cette partie est issue du livre que je suis en train de finaliser et qui sera bientôt distribué sur Amazon en version Kindle et en version papier pour les puristes

Commençons par quelque chose de primordial, comprendre ce qui se cache derrière l’acronyme RAEP.

Les plus malins d’entre vous vont répondre Reconnaissance des Acquis de l’Expérience Professionnelle… RAEP donc. Je souhaite vivement les féliciter pour une telle vivacité d’esprit.

Laissons les plus malins de côté et tentons de voir si ce qui se cache derrière ces quatre lettres et surtout si cela correspond à la réalité. Bref s’agit-il d’une publicité mensongère !

Reconnaissance : Ici, on voudrait nous faire croire qu’il s’agit d’une sorte de VAE (Validation des Acquis de l’Expérience). « Nous allons reconnaitre votre expérience ! ». Si c’était le cas, il n’y aurait pas de concours, puisqu’en reconnaissant votre expérience, on vous affecterait à un nouveau grade, plus élevé et ce du simple faire de votre carrière.

Un peu comme dans le privé, vos compétences à ce poste nous permettent de vous positionner sur un poste avec plus de responsabilités, donc mieux payé et surtout bénéficiant de tickets restaurant. Non vraiment, ici le terme reconnaissance n’est pas adapté à ce dossier.

Acquis : Les acquis de l’expérience professionnelle, nous parlons ici des choses que vous avez apprises durant votre carrière et que vous êtes en mesure de reproduire. Vous verrez qu’on va beaucoup parler de compétences dans la suite du livre. Pourquoi ne pas parler des compétences de l’expérience professionnelle plutôt que des acquis. Vous noterez avec un certain amusement qu’on parle bien des acquis de l’expérience professionnelle. Existe-t-il en ce bas monde une personne qui travaille depuis 10 ans dans la même boîte et qui n’a toujours rien appris ?

Expérience professionnelle : La pierre angulaire de toute votre vie, ce sans quoi rien n’est possible !!! Votre expérience professionnelle !!! Quid des savoir-être dont on va parler dans les prochains chapitres ? Et si vous avez une véritable expérience valorisable dans le monde associatif devez-vous  en parler ? Ici ils auraient (Les esprits torturés qui ont créé le dossier de RAEP) dû rajouter expérience professionnelle et de tout ce qui fait de vous ce que vous êtes.

Comme vous le voyez, le terme RAEP est inadapté, il aurait été préférable d’appeler cela « CV administratif avec lettre de motivation incluse dans lequel on vous demande de vous vendre ». Mais tout ça c’est un peu long ! Alors après 3 heures de réunion, ils se sont mis d’accord sur un acronyme inapproprié mais qui fait tellement administration.

Pendant longtemps, l’administration avait un wagon de retard par rapport au secteur privé en matière de recrutement. L’absence de critères de recrutement, l’absence de politique de recrutement et surtout l’intime conviction que le bon personnel était celui qui avait le bon diplôme et même mieux, le plus haut diplôme. Mais surtout, et c’est primordial, que la réussite à un concours générait les compétences.

Puis un jour, n’écoutant que leur courage, les plus hauts chefs (Ceux qui ont des plumes sur la tête) se sont dit  « nous aussi on peut recruter comme le privé d’ailleurs nous allons adapter leurs méthodes ! » et ils créèrent le dossier de RAEP !!! L’exacte opposé de ce qui se fait dans le secteur privé. Un très long document écrit et 20 minutes maxi d’un entretien qui n’en est pas un.

Heureusement, le 7ème jour ils se reposèrent.

Pendant plusieurs mois, j’ai officié comme bénévole dans une mission locale pour accompagner des jeunes qui préparaient des concours administratifs. Mais je faisais aussi des sessions sur la réalisation de CV. Là encore, j’ai été sidéré de voir que ce sont des gens qui n’ont jamais réalisé de CV pour un entretien qui explique et donnent des conseils. Ah oui j’ai oublié de vous dire que dans le privé j’étais chef d’entreprise et donc recruteur.

Revenons à nos moutons, à mes petits jeunes de la mission locale, j’expliquais à quoi servait un CV et un entretien d’embauche. J’utilisais pour cela l’image d’un pont à construire. Je vais vous l’expliquer aussi car cela s’adapte assez bien au dossier de RAEP.

L’image est la suivante, un pont passe au-dessus d’une rivière mais sur ce pont il n’y a pas de planches pour le traverser. Vous, vous êtes d’un côté de la rivière et le recruteur de l’autre côté. Lui il est en attente de compétences. Ces compétences représentent toutes les planches manquantes qu’il va falloir déposer sur le pont pour vous rapprocher du recruteur. Les premières planches que vous allez poser sur la première moitié du pont ce seront vos compétences qu’il lira sur votre CV ou dossier RAEP. La deuxième partie des planches sera constituée des compétences que vous mettrez en avant à l’oral.

Je viens de vous expliquer que le recruteur prêtait une attention très importante à votre CV ou votre dossier RAEP puisque c’est la même chose. Tellement importante que ça représentait la moitié de sa décision. En effet, le recruteur ou le jury ne vous connais pas et n’a pour se faire une première idée sur vous que votre dossier. Vous comprenez donc que, quand on vous dit que le dossier de RAEP n’est pas noté, il faut modérer cette idée. Certes il ne fait pas l’objet d’une notation directe mais il représente une part subjective très importante de votre note finale. Je dirais même qu’à lui seul il peut représenter votre admission s’il est efficace.

Exactement comme un CV, un dossier de RAEP doit être considéré comme une suite logique des éléments constitutifs de votre carrière. Il n’y a pas à se faire de nœuds au cerveau. Si vous savez faire un CV, vous saurez faire un dossier RAEP, mais encore faut-il savoir faire un CV.

Dans certains concours, le dossier de RAEP est noté et est à lui seul la clé du succès. Toutefois, la plupart du temps, il est l’outil qui permettra au jury de vous connaître et ne fera pas l’objet d’une notation explicite. Mais soyons honnêtes, le dossier de RAEP est le seul élément qui va permettre au jury de se faire une idée sur vous dès le départ. Le jury ne pourra pas être objectif et le prendre comme un simple écrit. Il va juger votre dossier, le lire, le décortiquer pour vous poser les questions qu’il juge pertinentes. Dans le pire des cas, il ne fera que le survoler et son idée (négative) de vous sera toute faite.

Je vais prendre mon cas personnel pour vous expliquer ma méthode de travail lorsque je corrige le dossier de RAEP d’un candidat.  Lorsque j’ai un dossier de RAEP sous la main, la première chose que je fais c’est de lire les parties rédigées. Je ne m’occupe pas des formations ou de l’expérience professionnelle. La seule chose qui m’intéresse c’est la grammaire et l’orthographe. Bref, je compte le nombre de fautes. Cela me permet de voir si le candidat a fait son dossier à la dernière minute ou s’il l’a travaillé longtemps. Plus de cinq fautes, c’est rédhibitoire pour moi. Cela veut dire que le candidat n’a pas relu correctement son dossier et surtout ne l’a pas fait relire. Cela étant fait, je regarde si le candidat a compris ce que signifiait le terme de compétence. Je cherche les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être qui doivent être représentés pas des verbes à l’infinitif. Puis dans les écrits je cherche à savoir si le candidat a été en mesure de mettre en place  un style administratif et non pas une simple rédaction. Enfin je m’intéresse au fond.

Comme vous le voyez, le dossier de RAEP n’est pas noté et pourtant il me permet de savoir dès le départ si ma première impression va être positive ou négative. Comme il peut y avoir des ratés à l’écrit, j’attends l’oral pour me faire une idée définitive. Mais soyons clairs, on voit très vite les candidats qui ont longuement travaillé et ceux qui ont considéré le dossier de RAEP comme quelque chose de peu d’importance.

Vous ne devez pas vous laisser déborder pas l’aspect rébarbatif du dossier. Ce n’est qu’une suite logique de votre carrière. Vous parlez de vos formations, de vos expériences et vous rédigez pour montrer plus de vos compétences au lecteur. Si vous éprouvez de la difficulté à rédiger votre rapport d’activité par exemple, c’est que vous n’êtes pas au point sur vous-même, vous n’avez pas fait le travail nécessaire en amont de la rédaction.

Je conclurai donc cette partie en vous donnant mon premier conseil.

Ne soyez pas effrayé par le dossier. Il n’est qu’une représentation écrite de ce que vous êtes. Malgré une apparence obscure et un mode de rédaction spécifique vous ne ferez que parler de vous.

Soyez le premier à partager ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *